Focus sur la technique du Layering asiatique

Hello tout le monde, aujourd’hui je vous viens pour vous parler d’une technique de soins qui nous viens tout droit du pays du soleil levant, et de ces environs (Corée du Sud), le Layering (ou la technique du mille-feuille).

Alors oui j’arrive après la guerre (encore une fois) mais je vous avouerais que j’entends parler de cette technique depuis bien longtemps sans pour autant m’y attarder et m’y intéresser vraiment. De plus, je n’osais pas trop franchir le pas car je craignais d’une part que cela me prenne trop de temps et que je laisse tomber au bout de quelques jours, mais aussi que ma peau ne supporte pas tous ces apports à la fois et que je me retrouve avec des boutons ou pire encore plus de kystes.

 

Le layering, qu’est-ce que c’est ?

Au cas où vous n’auriez pas encore entendu parler de cette technique empruntée aux coréennes et aux japonaises (mais je doute fort), le layering est une méthode qui permet de prendre soin de sa peau par le biais de superpositions succinctes de couches de soins (d’où le nom de mille-feuille).

En Asie, surtout au Japon et en Corée, la beauté féminine se définit par un teint lumineux avec zéro défaut (en fait, j’ai toujours été une asiatique dans l’âme 😊). Prendre soin de sa peau est un véritable art de vivre qui suit des règles et une méthode bien précises auxquels il ne faut surtout pas déroger pour avoir les résultats escomptés.

Personnellement, je pratique cette méthode de layering depuis bien deux mois en continue (j’avais commencé pendant l’été mais c’était beaucoup trop chronophage pour des vacances 😉). Cette méthode prend du temps et souvent on à tendance à la laisser un peu de côté pour aller à l’essentiel, mais je vous assure qu’une fois encrée dans les habitudes, on ne voit plus le temps passer. Surtout lorsque l’on commence à récolter les fruits de notre investissement en voyant notre teint plus éclatant et notre peau plus saine. Je vous dirais même plus…, on y prend très vite gout ! La corvée du soir se transforme en véritable moment cocooning.

Ce qui est intéressant aussi, c’est que bien que la méthode de layering parait très protocolaire dans la forme, chacun peut adapter les produits qui la composent en fonction de ces besoins et de son type de peau mais aussi en fonction de ces convictions (produits naturels ou pas) et de son envie.

 

 Une routine beauté en 8 ou 10 étapes

Et oui, comme vous avez pu le lire, la méthode du layering se décompose en 8, voir 10, étapes bien distinctes. Alors cela peut paraitre fastidieux au premier abord, mais je vous assure que cette méthode a réellement fait ces preuves (il suffit de voir la peau de nos amies japonaises et coréennes). Pour ma part je n’ai jamais vu ma peau en si bonne santé que depuis que je pratique cette technique. Moi je vous le dis, l’essayer c’est l’adopter…

Alors plongeons dans le vif du sujet en décortiquant les différentes étapes qui composent cette méthode. Tout d’abord il faut noté que le layering pratiqué le matin est quelques peut différents de celui pratiqué le soir. En effet, le soir nous avons l’étape du démaquillage que, bien évidemment, nous ne retrouvons pas le matin (si non c’est qu’on a rien compris) et le matin nous ajoutons l’étape de la protection solaire. De plus, une à deux fois par semaine nous devons ajouter l’étape du gommage, le masque et le masque de nuit.

Alors je vous propose de vous installer bien confortablement, de vous préparer un bon thé et de me suivre dans ce long développement. Let’s do it Baby …

 

Layering du soir – Bon soir

 

1ere étape : le démaquillage à l’huile

Et oui, comme toute bonne routine de soins du soir qui se respecte, le layering ne lésine pas sur l’étape du démaquillage (le démaquillage est l’étape la plus importante de votre routine sans laquelle toutes les autres étapes et soins ne serviraient à rien, allez voir cet article si vous ne l’avez pas encore lu). Alors selon la méthode asiatique, le démaquillage se fait à l’huile de manière à bien dissoudre les résidus de maquillage, pollution, crèmes, sébum … qui se sont accumulés durant la journée. En plus en frottant délicatement du bout des doigts son visage à l’aide d’une huile, nous prodiguons sans s’en rendre compte un petit massage à notre visage (sans pour autant l’irriter comme cela est souvent le cas avec du coton).

Alors il existe une variété incroyable d’huiles démaquillantes sur le marché, le plus dure c’est de faire son choix. Aussi, pour les puristes, les huiles végétales conviennent parfaitement à ce type de méthode (les trois que j’ai déjà essayé huile de jojoba, huile d’avocat, huile de coco).

Mais je vous vois venir, NON le démaquillage à l’huile n’est pas uniquement réservé aux peaux sèches. Personnellement j’ai la peau mixte et c’est parfait, bien au contraire. Comme nous agressons bien moins la peau de notre visage avec ce type de démaquillage, et bien elle ne surréagit pas en produisant plus de sébum. Bien évidement il faut un petit temps d’adaptation, mais en suit vous verrez vous ne pourrez plus vous en passer. Pour moi c’est devenu l’étape de ma routine que je préfère car très sensoriel (si en plus l’huile que vous utilisez sent bon comme l’huile de noix de coco … c’est un pur plaisir et un vrai moment de détente).  

 

2eme étape : le nettoyage

L’étape suivante consiste à parfaire le démaquillage tout en se débarrassant du gras de l’huile démaquillante. En effet, après avoir rincé l’huile de l’étape précédente, des résidus de saletés et d’huile peuvent encore être présents, surtout si votre choix c’est porté sur le démaquillage à l’huile végétal qui ne comporte pas d’agents qui vont lui permettre de s’émulsionner au contact de l’eau.

Le nettoyage peut se faire à l’aide d’un savon (savon de Marseille, Savon d’Alep …) ou à l’aide d’un gel lavant. Là le choix du produit va encore dépendre des préférences de chacun et du résultat recherché. Personnellement je jongle entre le savon d’Alep (oui toujours lui – voir ici ce que j’en pense) et un gel lavant pour le visage extra à base de AHA et BHA (je vous en parle très prochainement, restez connecté).

Une fois avoir doucement frictionné son visage au savon et rincé à l’eau (tiède de préférence), votre visage devrait être débarrassé de toutes les impuretés, sans avoir été agressé, et est prêt à recevoir les soins du soir.

Si vous avez porté un maquillage chargé ou appliqué de la crème solaire à plusieurs reprises durant la journée, je vous recommande fortement de coupler à cette étape un outil tels qu’une éponge Konjac ou une petite brosse pour le visage de manière à bien faire peau nette. Mais attention à ne pas utiliser tous les soir (surtout les brosses électriques et autres) car cela peut agresser la peau et selon certaines écoles, cela pourrait dilater d’avantage les pores ☹.  

 

3eme étape : le toner/eau de source

Cette étape est souvent ignorée dans les routines layering car est très proche de la suivante et il est très difficile de lui voir un intérêt.  Perso c’est mon cas la plus pare du temps mais je peux me le permettre car de par chez moi l’eau est très peux calcaire. Si par contre vous vivez dans une région où l’eau est très dur je vous conseille fortement de l’incorporer dans votre routine.

Donc cette étape consiste tout simplement à éliminer le calcaire de l’eau via un coton imbibé d’un toner doux (bien évidemment sans alcool et à base de produits doux pour la peau comme la camomille, l’Aloe vera…).

Vous pouvez tout aussi bien utiliser simplement une eau thermale qui fera très bien l’affaire. Je vous recommande bien évidemment celle d’Avène qui est très bien et qui respecte les peau délicates et fragiles. Pour ma part j’utilise l’eau de raisin de Caudalie dont je vous avais parlé ici et qui est vraiment un de mes incontournables.  

 

4eme étape : la lotion

Alors voici une étape que j’ai découverte grâce à la méthode du Layering. Avant je passais directement au sérum (voir la crème), mais ça c’était avant… 😉.

La lotion intervient à cette étape de manière à préparer un peu plus la peau à recevoir les soins. Elle va tout d’abord débarrasser la peau des résidus de calcaire restant de la phase de nettoyage, mais aussi elle va avoir pour effet d’améliorer la pénétration des soins qui vont arriver par la suite.

La lotion à la japonaise ou à la coréenne est déjà un soin en soi car elle contient des actifs intéressent pour la peau (là encore à vous de choisir l’actif qui vous conviens le mieux et qui répondra à vos besoins). Elle forme la transition entre la préparation de la peau et l’apports de nutriments et actifs fondamentaux. Je vous conseille toujours de l’appliquer avec les mains ou via un spray (évitez le plus possible les contons c’est mauvais pour votre peau et pour la planète !). Tapotez du bout des doigts pour faire pénétrer, et voilà !

Certain préfèrerons les hydrolat ou eaux florales qui sont bien plus naturelles, qui respectent le PH de la peau et qui font tout à fait le job. Personnellement j’aime utiliser des hydrolats durant mon Layering du matin (eau de rose, eau de bleuet, eau d’immortelle…). Par contre le soir, je me laisse impudemment tenté par des produits bien moins naturelles mais au combien efficaces…

 

 5eme étape : le sérum

Et voici enfin l’étape la plus importante avec celle du démaquillage et de l’hydratation, en tout cas c’est celle par laquelle je m’amuse le plus (oui je me transforme chaque soir en biologiste cosmétique…).

Moi le soir avec mes sérums

 

Trêve de plaisanterie pour un sujet aussi sérieux… car c’est à cette étape que vous allez venir contrer vos problèmes ou prévenir vos problèmes futurs. En effet, vous allez choisir votre sérum en fonction de votre cible et l’appliquer sur une peau complètement nette et préparée à recevoir les actifs qui vont lui faire du bien.  Les étapes précédentes vont donc optimiser l’action du sérum en facilitant et maximisant sa pénétration (Vade Retro vocabulaire économique 😊). Bref l’action de votre sérum sera boostée et donc les effets plus visibles plus rapidement.

Pour ma part en ce moment j’en utilise trois (oui oui, la méthode layering n’était pas assez longue pour moi alors j’ai rajouté des couches 😊). En fait j’en utilise deux pour le visage et un pour le contour des yeux (à la caféine –  je vous en parle très vite car vraiment super). Bon j’avoue ça c’est pour le layering du soir, le matin j’en utilise qu’un seul et vraiment à la « va vite » (sans tapoter, masser, … etc).

Pour les personnes qui préfèrent utiliser que des produits naturels sur leur peau, vous pouvez vous confectionner votre propre sérum à base d’huiles végétales et d’huiles essentielles en fonction de vos problèmes (le syndrome du biologiste is back). C’est ce que je faisais l’hiver dernier et maffois cela me convenait parfaitement (par contre pour l’été j’ai dû abandonner car vraiment trop gras pour mon type de peau). Cependant soyez très prudentes pour les huiles essentielles car elles peuvent être dangereuse. Donc bien tester avant sur une petite partie de la peau et ne pas dépasser les proportion HE-HV conseillées.  

 

6eme étape : l’essence/ampoules

Voici encore une étape qui nous viens tout droit d’Asie et qui personnellement ne pratiquait jamais.

Si j’ai bien compris cette étape a pour but d’une part d’accentuer encore plus la pénétration du sérum dans la peau, de celer les actifs du sérum sur la peau de manière à continuer à en bénéficier une fois l’application de l’étape suivante et enfin cette étape a pour but d’apporter les permis d’une bonne hydratation en améliorant le renouvellement cellulaire. Certaines essences sont aussi traitantes (boutons, taches d’hyperpigmentation, …) et leur application doit être localisée.

En général ces essences/ampoules sont constituées d’actifs plus ou moins puissants (l’essence est moins puissante que le sérum dons peut être utilisée le matin, alors que l’ampoule est un concentré d’actif très fort qui doit être utilisé le soir).

Du coup pour optimiser les effets décrit, l’essence/ampoule doit être appliqué à la main en réchauffant et tapotant avec la paume de la main (et non frotter pour ne pas déplacer la matière précédente). Pour ma part j’applique une essence matin et soir (quand j’y pense et que j’ai le temps ou pas trop la flemme) directement via un spray et fait chauffer mais mains sou l’eau chaude et (après les avoir séchées) applique les paumes chaudes sur les différentes parties de mon visage. C’est très agréable et on y prend très vite gout.

Souvent cette étape est remplacée par une huile végétale de très bonne qualité de manière à bénéficier des meilleurs actifs existants.

 

7eme étape : le contour des yeux

Et bien là rien de nouveau sous le soleil, il vous faut un bon contour des yeux qui vous convienne et qui réponde à vos attentes. Oui, je sais que c’est très dur d’en trouver un bon mais ne perdez pas espoir, votre grâle vous attend surement quelque part (keep going !).

Comme vous le savez, la peau sous les yeux est dix fois plus fine que celle du reste du visage et extrêmement fragile mais surtout c’est la seule partie du visage qui est totalement dépourvue de glandes sébacées (glandes qui maintiennent un filme hydrolipidique qui va venir hydrater la peau). Donc nous devons compenser ce manque en apportant l’hydratation nécessaire à notre peau. Cette hydratation est apportée bien évidement par le biais de consommation d’eau (minimum 2 litres par jours – pour vous aider allez voir mes astuces pour boire plus d’eau) mais aussi par un apport de soins au niveau cutané.

Pour celles et ceux qui ont trouvé la crème contour des yeux qui leur convient (lucky you !) c’est à cette étape que vous la dégainez et l’appliquez délicatement sur le contour de l’œil à l’aide de votre annulaire via de petits mouvements de va et viens et tapotements. Pour celles qui n’ont pas encore mis la main sur la perle rare, vous ne devez pas non plus sauter cette étape (vous pourriez le regretter, croyez-moi).

Vous pouvez aussi utiliser une huile végétale mais de préférence le soir (l’huile d’avocat est fortement conseillée pour le contour des yeux).

 

8eme étape : la crème hydratante

Et voici enfin la dernière étape, mais non des moindres, du layering du soir : l’hydratation. La crème hydratante va venir donc, comme son nom l’indique, hydrater la peau (ou du moins parfaire l’hydratation déjà apporté par les produits précédents) mais surtout la crème hydratante va venir protéger notre épiderme des agressions extérieurs (poussières pour le soir et saletés et pollution pour le jour) et celer sur notre visage les molécules bienfaitrices de notre routine.

Là encore la crème hydratante doit être choisit en fonction de la nature de sa peau et des problèmes que nous souhaitons traiter ou prévenir. Préférez une crème hydratante moins riche pour la journée que celle pour la nuit, bien qu’une seule et même crème peut être utilisée matin et soir. Dans ce cas, évitez les crèmes comportant une protection solaire si vous l’utilisez aussi le soir (cela va de soi).

Personnellement, en ce moment j’utilise une crème de nuit, dont je vous parle ici, et une crème de jour qui comporte un SPF de 20 et dont je ne vais pas tarder à vous parler car je la trouve très bien (restez connecté !). Pour l’application, rien de transcendant, une noisette de crème dans la main que l’on répartit sur la totalité du visage, et voilà !

 

Layering du matin – rien ne change ou presque

 

En ce qui concerne la routine du matin, un bon layering à la japonaise ou la coréenne se compose de l’étape 2 à l’étape 8 du layering du soir. Donc on supprime le démaquillage à l’huile (logique) mais on ajoute l’étape de la protection solaire après la crème hydratante.

Et oui, il a été reconnu que le principal facteur de vieillissement cutané est le soleil (enfin les rayons UV) et ça les asiatiques l’ont bien imprimé. Du coup elles ne quittent pas la maison sans une bonne protection solaire (50 minimum) mais en plus elles renouvellent l’application de leur SPF toutes les deux heures à peu près pour avoir une protection maximale. Ça peut paraitre extrême mais lorsqu’on voit la peau des coréennes on est prêt à sacrifier dix minutes de notre temps chaque jour pour leur ressembler. Non ?

En tout cas pour ma part, je ne pars pas de la maison sans SPF en plus de ma crème hydratante qui en contiens déjà un. Bon j’avoue je ne me badigeonne pas le visage toutes les deux heures, mais depuis peux j’ai un pot de crème solaire sur mon bureau (en plus de celui qui est dans ma salle de bain) et je compte bien l’utiliser au moins lorsque je sors du bureau (et lorsqu’il ne fait pas nuit).

Donc vous l’avez compris, pour avoir une belle peau et longtemps, protégez-vous du soleil et de ces rayons UV.

 

Etapes complémentaires du Layering

 

Ici je vais vous énumérer les étapes complémentaires, qui font parties de la méthode de layering asiatique.

Pour certains puristes, ces étapes doivent être mises en place quotidiennement et doivent faire partie intégrante de la routine du soir. Pour ma part je pense que c’est un peu trop et que à la longue cela peut voir les effets contraires que ceux escomptés. Cependant, selon moi, ces étapes doivent tout de même être pratiquées une à deux fois par semaines pour améliorer le renouvellement cellulaire, nettoyer la peau en profondeur et apporter un booste d’hydratation supplémentaire.

Vous l’aurez bien compris ces étapes ne sont autre que le gommage et l’application d’un masque qui vont venir s’imbriquer dans le layering du soir.

 

Etape 2,5 : le gommage

Du coup, pour les jours où vous allez pratiquer la totalité des 10 étapes, le gommage vient s’incorporer entre l’étape 2 et l’étape 3. Donc il intervient après le nettoyage du visage et avant le toner.

Cette étape s’incorpore bien évidemment à cette place car l’exfoliation va venir compléter le nettoyage de la peau tout en allant plus loin que le simple savon. L’utilisation d’un exfoliant va favoriser l’élimination des peau mortes et nettoyer les pores en profondeur.

En ce qui concerne le choix de l’exfoliant, vous pouvez laisser libre cours à vos envies. Il en existe des tas et pour tous les types de peaux et pour tous les gouts. Ce que je peux vous recommander c’est si vous avez la peau fragile, évitez les gros grains (cela va de soi) et évitez aussi de trop frotter pour ne pas trop agresser votre peau (même chose pour les peaux grasses, car cela provoquerait une surproduction de sébum par la peau).

 

Etape 6,5 : le masque

En ce qui concerne les masques, la méthode asiatique diffère complètement de la nôtre. En effet, nous avons en général l’habitude d’étaler notre masque sur une peau bien nettoyée et plus précisément après un bon gommage de manière à bien compenser l’agression engendrée par ce dernier. Jusque-là tout est ok et logique. Et bien nos amis coréennes et Japonaises elles appliquent leur masque entre l’étape 6 (celle de l’essence) et l’étape 7 et 8 (celle de l’hydratation). Bien étrange tout ça, non ? J’avoue que je n’ai pas encore complètement saisie la logique, sauf peut-être celle d’ajouter une nouvelle couche à leur routine soin. Bon bien sur le masque est un shit masque (masque papier) et non un masque que l’on badigeone (car celui-ci doit être nettoyé et donc retirerais avec lui toutes les couches superposées jusque-là).

En tout cas, de là à ce que je comprenne quelle est la motivation et l’impact de se geste, j’applique bête et disciplinée. De toute manière, on ne peut pas rivaliser avec la peau des asiatiques, alors ne cherchons pas midi à quatorze heur… Mais bon j’aimerais bien savoir ce que ça apporte en plus et surtout à ce stade du layering (si quelqu’un peut éclairer ma lanterne je vous serais définitivement reconnaissante). En attendant ne vous posez pas trop de question et A-PLI-QUEZ (oui je reconnais, cette dernière phrase sonne un peu comme celle d’un dictateur…). De toute manière cela ne peut pas faire de mal.

 

Etape 9 : le masque de nuit

Et oui, lorsqu’il n’y en a plus et bien il y en a encore… Le masque de nuit est lui aussi une étape que je recommanderais vraiment de temps en temps, lorsque l’on sent que la peau de notre visage est plus fatiguée, moins hydratée, pas au top (par exemple après avoir été malade, après une nuit blanche, après être resté trop longtemps au soleil en été, … etc). Ce masque va venir se poser après la crème hydratante et juste avant d’aller se coucher. Personnellement, j’aime laisser s’écouler au moins une bonne heure entre l’application de la crème et celle du masque de manière à ne pas disperser les nutriments de ma routine.

Pour le moment j’avoue que je n’ai pratiquée cette étape que deux fois, non pas par ce que mon visage en avait besoin mais surtout par ce que j’étais curieuse du résultat (oui je sais c’est n’importe quoi, mais bon on ne se refait pas, en plus je pense qu’il n’y a pas grand mal). En tout cas, le matin, ma peau était toute rebondie donc c’est une étape que je valide mais que je laisserais définitivement pour les soir où ma peau est en galère.

 

 

Et bien voilà tous ce que j’avais à vous dire au sujet du Layering asiatique. Veuillez m’excuser pour la longueur du contenu, mais bon il fallait bien pourvoir expliquer chacune des étapes aussi nombreuses qu’elles soient. Je vous promets que je vais travailler sur ma technique de résumer…

De votre côté, si vous avez testé cette méthode, que vous l’avez aimé, ou pas, ou si vous voulez tout simplement donner votre avis, c’est dans les commentaires que ça se passe 😉.

Sur ceux je vous souhaite une bonne lecture, une excellente semaine et à très vite.

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Leave a Reply

Recevez gratuit​​​​ement le rapport "7 actions pour améliorer l'état de sa peau"