Le secret du regard envoutant des femmes orientales

Hello tout le monde ! Aujourd’hui je vous viens pour vous parler d’un produit que j’adore et qui m’a suivi toute ma vie : LE KHÔL.

Le Khôl, qu’est ce que c’est ?

Le khôl est un cosmétique traditionnel des sociétés du Moyen-Orient, de l’Asie et de l’Afrique du Nord. Symbole de beauté des femmes orientales, il est un indispensable parmi les produits de beauté adulés par la femme marocaine. Utilisé par les femmes de tout âge, la poudre de khôl a toujours été un atout majeur de séduction et de féminité. Un simple trait de khôl renforce la couleur de l’iris et apporte éclat et mystère au regard.

Le khôl marocain, Le vrai khôl, celui fabriqué selon une méthode ancestrale avec une composition entièrement naturelle, est sans danger et comporterait même des vertus médicinales, pour protéger la santé générale des yeux, soigner les coupures. Il est considéré comme une substance antimicrobienne générale et a des vertus nettoyantes. Il est utilisé aussi en cas de douleurs oculaires dues au vent ou au soleil ainsi que du non port de lunettes (à éviter en cas d’orgelet).

Et si on faisait un peu d’histoire 

Le khôl en poudre existe depuis l’Egypte ancienne. Outre son utilisation dans le maquillage, le khôl est considéré depuis toujours comme ayant des vertus médicinales. Les Égyptiens l’utilisaient en tant que collyre pour prévenir et soulager des infections oculaires, et aussi pour protéger les yeux des fortes réfractions de la lumière du désert. Les pharaons et leurs sujets avait été également conquis par l’effet esthétique que conférait le khôl à leur regard, et femmes et hommes l’utilisaient pour se maquiller.

Au fil des siècles, le khôl a continué à être utilisé par les Arabes et les Berbères, les recettes traditionnelles de cette poudre varient de l’Irak au Maroc. Cette recette ancestrale, précieusement gardée, se constitue d’une composition commune à laquelle des variantes sont ajoutées en fonction de la région et/ou de la famille productrice.

Comment les grands-mères marocaines préparent cette potion magique 

Le khôl est issu d’un savoir-faire ancestral. Au Maroc, la production est une affaire de femmes. Le secret de fabrication du Khôl est transmis de générations en générations de mères à filles.

Au Maroc, on obtient cette potion noire aux reflets métallisés en broyant du sulfure d’antimoine, un minéral extrait des roches issu des régions montagneuses de l’Atlas, et en y ajoutant différentes plantes. Ces plantes que les femmes ajoutent à leur khôl diffèrent selon chacune et c’est en cela que réside le secret de production. Chacune y apporte sa griffe, sa petite pierre. Par exemple, dans le khôl sahraoui on trouve du bois de laurier ce qui n’est pas le cas dans le khôl des régions du nord. Les ingrédients communément connus dans la composition sont les noyaux d’olives, les noyaux de dattes, les clous de girofle, le gingembre, le poivre blanc.

La préparation du Khôl s’effectue selon un rituel très précis, digne de la préparation d’une potion magique :

  • Tout d’abord, la femme qui fabrique le khôl doit être ménopausée et qu’elle se soit purifiée (par des ablutions) ;
  • La préparation doit se faire un jour sans nuage ;
  • En premier lieu, la pierre d’antimoine doit être broyée finement dans un pilon en cuivre ;
  • Puis, ce sera au tour des plantes, qui auront été choisies soigneusement et partiellement grillées au préalable dans un tajine en terre. Celle-ci seront à leur tour pilé finement dans un pilon en cuivre et mélangées à la poudre d’antimoine ;
  • Après l’ajout de quelques gouttes d’huile d’olive au mélange, la poudre est soigneusement passée au travers d’un voile très fin pour ne récolter qu’une poudre fine et légère ;
  • Pour avoir un khôl piquant, le plus demandé par les femmes marocaines, du poivre blanc est ajouté à la préparation.

Le khôl piquant, qui est le chouchou des marocaines, à une teinte noire alors que le khôl non piquant à lui des teintes allant du gris au bleu-vert.

Le manuel de l’utilisateur

Traditionnellement, le khôl est appliqué à l’aide d’un bâtonnet en bois appelé « mirwed ». Après l’avoir enduit de poudre de khôl, le bâtonnet est glissé entre les deux paupières jointes et par un mouvement de va et vient, le khôl est déposé et étiré soulignant ainsi harmonieusement l’œil ou la paupière. Pour un résultat impeccable et sans faux pas, tirez légèrement l’extrémité de l’œil pour étirer la peau, placez le mirwad fermez l’œil et faîtes le glisser. Le très de khôl donne au regard une profondeur mystérieuse et viens contraster la couleur de l’iris en la sublimant.

Je suis tombée dedans quand j’étais petite 

La poudre traditionnelle marocaine de khôl fait partie intégrante de ma vie.

Je me souviens des jours de fête durant les quels ma mère et mes tantes s’apprêtaient, revêtaient leurs beaux bijoux et traçaient cette ligne noire sous les yeux qui leur conféraient immédiatement ce regard mystérieux, sensuel, profond. Je les admirais du haut de mes six ans et me promettait que ce rituel sera mien un jour.

C’est à la mi adolescence que ma mère me permis enfin d’utiliser du khôl mais uniquement les jours de vent ou de forte chaleur pour protéger mes yeux. Aujourd’hui le khôl fait partie de mon rituel de beauté quotidien au même titre que ma crème hydratante. Je l’utilise tous les matins pour souligner mon regard et il m’est difficile de quitter la maison sans.

Je l’utilise aussi contre les conjonctivites (pour mon fils et moi-même) le soir au coucher.

Enfin j’achète mon khôl au Maroc chez une amie proche de ma tante qui le confectionne dans son salon en suivant la méthode traditionnelle. Comme je l’utilise aussi pour guérir les petits bobos de mon fils, je ne lésine pas sur la qualité et vais me procurer moi-même la pierre d’antimoine chez l’herboriste. De ce fait je sais exactement de quoi est constitué mon khôl.

Attention arnaques

Si vous souhaitez vous procurer du khôl au Maroc ou ailleurs soyez bien sûr de sa provenance et de sa composition. De préférence acheter votre khôl chez une connaissance ou une recommandation.

Car du fait d’un appauvrissement des gisements d’antimoine, le prix de la pierre a augmenté et du coup, pour pouvoir vendre le khôl à bas prix, il a fallu réduire les coûts des matières premières. La pierre d’antimoine a été remplacée par du sulfure de plomb chez certains producteurs. L’utilisation du khôl contenant du plomb peut entraîner des intoxications chroniques. Une autre arnaque très fréquente que l’on peut trouver sur les marchés est que les vendeurs ajoutent des torchons brulés au khôl. Autant dire qu’il faut vraiment avoir confiance en la personne qui le vend. Donc finalement le plus difficile n’est pas de se procurer du khôl, mais de s’en procurer un de qualité.

 

Sur ce, je vous souhaite à tous une excellente semaine et à très vite.

 

 

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Recevez gratuit​​​​ement le rapport "7 actions pour améliorer l'état de sa peau"